Inspirations & humeur

Il n’est pas trop tard pour se remettre à dessiner

J’ai toujours aimé dessiner. Aussi loin que je m’en souvienne d’ailleurs. Déjà en primaire, je dessinais beaucoup. J’avais des livres de Disney et je pouvais passer des après-midi à recopier les dessins avec mes copines. Mon dessin animé préféré ? La petite Sirène. J’étais devenue si forte à dessiner Ariel que les profs ne voulaient pas croire que c’était moi qui la faisait.

Plus tard, vers la 5ème primaire, je me suis inscrire à des cours d’aquarelle avec Madame Adam. C’était pendant le temps de midi à l’école. Je me souviens exactement de ma première aquarelle parce que je m’étais fait gronder d’avoir mis trop de couleurs. Cette aquarelle représentait un paysage : une plage, avec la mer, un beau ciel bleu, et, sur le sable, un gros ballon rouge. C’était lui le coupable trop coloré.

L’adolescence

Vers mes 13-14 ans, nous avons eu une espagnole du nom de Myriam dans ma classe. Elle était là pour un échange linguistique de quelques mois. Myriam a changé ma vie. Genre vraiment. C’est elle qui m’a appris à dessiner des silhouettes de mode. Comme representer le corps d’une femme, lui mettre des vêtements, changer sa coiffure. J’avais toujours voulu avoir le jeu « dessinons la mode » et ça c’était encore mieux ! Nous passions beaucoup de temps à dessiner « nos petites madames ». A la même époque, j’ai découvert les mangas Sailor Moon, et comme beaucoup d’ados, j’ai commencé à recopier des mangas.

adolescent illustration sailor moon

Un jour, je me souviens parfaitement, la meilleure amie de ma soeur est venue chercher l’un de nos chatons (notre chat avait eu des petits). Je devais avoir 15-16 ans. Son amoureux était illustrateur et je lui avais confié mon voeux le plus cher : devenir illustratrice. Mais il ne vivait pas de son activité et était entre temps devenu jardinier. Il m’avait déconseillé au possible de choisir cette voix. Puis comme je dessinais beaucoup de silhouettes de mode, que j’inventais des vêtements, j’ai pensé que styliste ce serait mieux. Et comme ça, je pouvais encore dessiner.

Et j’ai continué de dessiner. Partout. Tout le temps. Sur mes feuilles d’interros que mes profs gardaient pour le jour où je serais connue. Après mes devoirs et pendant mes examens parce que je ne pouvais pas regarder la TV. Je me perfectionnai en aquarelle. J’étais heureuse.

L’âge de la raison

A 18 ans, comme je me l’étais promis, je suis entrée en école de stylisme. Et j’ai continué de dessiner. J’adorais évidemment le cours de croquis de mode, ou celui où nous devions reproduire des trompe l’oeil d’accessoires. A 21 ans j’ai commencé à travailler et j’ai découvert le dessin digital. Pendant 10 ans, ou presque, je n’ai plus touché à mes aquarelles. J’ai dessiné sur ordinateur, avec la souris. J’ai perdu la connexion avec mon poignet.

En 2016, quand j’ai changé de carrière pour devenir créatrice de contenu, j’ai fait une forme de burn out créatif et je n’ai pas dessiné pendant longtemps. Ce qui m’a remis le pied à la créativité c’est le collage. C’est ce que j’explique dans mon livre Journal d’Inspirations. Mais secrètement, je voulais aussi me remettre à dessiner. En septembre 2019, je m’étais d’ailleurs inscrite sur la plateforme Skillshare pour reprendre des cours d’illustration et de gouache, plus particulièrement.

cours gouache skillshare

Mais autant je me retrouvais passionnée par l’art journal et le collage, autant je perdais de vue l’illustration. Je ne sais pas à quel moment de mon histoire mais une petite voix s’est mis à marteler dans ma tête : « Tu ne sais pas dessiner. Tu as toujours besoin d’un modèle. Tu ne sais pas associer les couleurs. Tu n’as pas d’imagination. Tu ne fais que recopier. Et en plus ce n’est pas libre de droit. Tu n’arriveras jamais à inventer tes propres personnages. »

Plusieurs fois je m’y suis remise, sur des périodes plus au moins courtes. Vous l’avez vu sur ma chaine Youtube, dans mes journaux. Le dessin n’est jamais loin. J’ai un sketchbook que je tiens sporadiquement depuis l’été 2022. Parce que j’ai toujours en moi ce souvenir de la Melody ado qui se perdait dans ses dessins, et je tente tant bien que mal de me reconnecter avec elle.

Aujourd’hui, en 2024

Depuis l’arrêt de mon e-business en 2022, j’éprouve pas mal de difficultés à savoir « ce que je fais là ». J’ai toujours au des objectifs dans ma tête, des endroits bien précis où aller, des plans. Je voulais devenir styliste, infographiste, puis indépendante… Toutes ces histoires je vous les ai déjà raconter mille fois aussi. Mais la vie ne se passe pas toujours comme prévu et il y a des moments où il faut savoir renoncer.

J’ai lu récemment deux phrases qui m’ont fait beaucoup réagir : « L’Univers ne veut pas que tu fasses plus d’efforts, il veut que tu lâches prise » et « l’Univers ne te donnera jamais de la paix dans quelque chose qui ne t’était pas destiné« . Lorsque j’ai vu cette vidéo de Alisa Burke, j’ai su que, à l’aube de mes 40 ans, il était tant de PIVOTER. Mais que devais-je changer exactement ?

Si je te raconte tout ça, c’est que ces derniers temps j’ai pas mal réfléchi au grand sens de la vie. Et de ma vie pour ces 40 prochaines années. Je t’en ai d’ailleurs parlé ici ou sur la newsletter (que je ne sais pas si je vais continuer). Et l’autre soir, en réfléchissant à cette vidéo de Alisa où elle explique qu’il faut savoir changer de direction, j’ai repensé au dessin. A tous ces blocages, à toutes ces fois où j’avais essayé de m’y remettre sans me laisser la chance d’y arriver. A toutes ces fois où j’avais abandonné.

J’ai également vu une vidéo de Dany de Sketchbook Skool qui explique qu’il s’est remis à dessiner après 40 ans et que cela lui a apporté bien plus qu’une compétence. On sait que le dessin c’est une question de pratique et d’entrainement. D’ailleurs je pourrais commencer à dessiner chaque jour de la main gauche, dans 6 mois je serais ambidextre. Mais le dessin lui a apporté quelque chose d’autres. De la paix. De la patience. L’observation. La tranquilité. S’émerveiller du quotidien et retomber amoureux de sa vie.

C’est exactement ce que je cherche.

illustration melody miroir

Le mot de la fin

J’ai écrit cet article comme une note à moi-même (et sans réfléchir aux codes SEO 😉 ). Pour ne plus oublier de me reconnecter au dessin. Comme une promesse pour avancer. Faire taire ses voix et essayer, encore. Je n’ai pas la prétention de devenir illustratrice, d’écrire un livre (mais on ne sait jamais, pas vrai ?), mais je veux renouer avec mon imaginaire. Il y a une raison pour laquelle j’aime tant les jeux de tarots illustrés. Il y a une raison pour laquelle je me sens tellement en paix dans la section livre pour enfant de la bibliothèque. Il y a une raison pour laquelle j’aime tant les romans fantasy. Et je ne te parle pas d’écriture. Je te parle de monde imaginaire.

J’aime l’art journal, j’aime le collage. Mais une part de moi se dit toujours que c’est de la triche car j’utilise du matériel déjà existant. Comment pourrais-je d’ailleurs allier ce que j’ai appris et enseigné en art journal avec l’illustration ? Je sens qu’il y a quelque chose à découvrir là.

Enfin, j’ai vu une autre vidéo de Dany. Et je te quitterai avec celle-là. Parce que je me dis qu’il n’est pas trop tard pour dépoussiérer ce vieux rêve. Pas trop tard pour « pivoter ». Pas trop tard pour me remettre à dessiner. Vraiment.

Vous pourriez également aimer...

8 commentaires

  1. Très chouette article, et c’est très sympa de te lire en dehors de ta newsletter.
    Je te suis depuis quelque temps, à l’ombre. J’admire beaucoup ce que tu fais.
    J’espère que tu sauras continuer dans ce que tu aimes faire et reprendre le dessin comme cela te plaira.

    Au plaisir de te relire ici bientôt 😉

    1. Merci pour ton commentaire ici, ça fait vraiment plaisir. J’ai un nouveau problème de paramétrage sur la newsletter, donc ce serait cool de pouvoir prendre le relais sur le blog ^^ ça fait moins en terme de charge mentale. Et puis, merci de me lire !

  2. Ginou a dit :

    Bonjour Melody,
    Je suis admirative de ce que vous faites et ce dernier message m’a interpelée …
    vous écrivez :
    -« J’aime l’art journal, j’aime le collage. Mais une part de moi se dit toujours que c’est de la triche car j’utilise du matériel déjà existant. Comment pourrais-je d’ailleurs allier ce que j’ai appris et enseigner en art journal avec l’illustration ? Je sens qu’il y a quelque chose à découvrir là.
    Enfin, j’ai vu une autre vidéo de Dany. Et je te quitterai avec celle-là. Parce que je me dis qu’il n’est pas trop tard pour dépoussiérer ce vieux rêve. Pas trop tard pour « pivoter ». Pas trop tard pour me remettre à dessiner. Vraiment. »

    J’ai ressenti à une époque et ça m’a duré longtemps (rires) le manque de confiance en moi, mais surtout je voulais que ce que je « créais » soit parfait et donc … comme je manquais de confiance en moi je ne faisais rien car mon égo était trop grand que pour accepter de ne pas faire qqch de parfait !!!!!
    est ce que ça vous parle ? aujourd’hui j’ai 70 ans et à la suite de la découverte de votre livre j’ai décidé de LACHER PRISE . Je vous en remercie c’est grâce à vous !
    Je me sens proche de vous et je ne sais pas pourquoi … je suis belge d’origine , votre sincérité me touche beaucoup , et d’adore ce que vous faites . Ne lâchez rien …………

    1. Bonjour Ginou, merci beaucoup pour votre gentil commentaire. Cela me touche beaucoup.Je suis heureuse de lire que mon livre vous apporte le lâcher prise dont vous aviez besoin. Cela me fait tout drôle de me dire que je touche aussi votre génération, alors que selon moi, j’ai tant à apprendre de vous. Merci <3

  3. Bénédicte a dit :

    Cela fait un moment que je te suis. Tes réflexions, tes remises en questions, tes doutes. Ce matin je n’étais vraiment pas bien. Au bord des larmes, fatiguée, et juste avec l’envie de me recoucher et de dormir pour oublier. Et j’ai vu ton mail. Tout comme toi je dessine depuis toute petite. Mes premiers souvenirs remontent à la maternelle. Comme toi je voulais être styliste (et je rêvais du jeu dessinons la mode 😉). Mais seulement moi je n’ai pas fais d’études artistiques. Par manque de courage, de confiance en moi, d’infos, d’argent. Bref. C’est une blessure à vie. J’ai repris le dessin il y a peu. Et mon Dieu que cela m’avait manqué ! Ce matin j’étais découragée, le train train de la vie quotidienne fait que je m’éloigne de mon rêve. Écrire et illustrer un livre. Et ton mot, tes vidéos m’ont redonné juste assez d’énergie pour ne pas me laisser aller et me remettre au travail. Alors MERCI Melody ! 😘

    1. Haaaa je connais ces humeurs. Je ne les connais que trop bien. Donc je compatis. Je sais que c’est dur dans ces moments-là. Même se dire que tout passe parfois n’aide pas. Je suis contente de t’avoir apporté un brin de lumière avec mon article. Il y a des jours ou c’est plus difficile de rêver, même pour moi. Alors il faut s’accrocher à la curiosité et y aller un pied devant l’autre. Un dessin à la fois 😉

      1. Bénédicte a dit :

        Merci Melody. 🙏🏻

        1. Mais de rien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.