Magie créative

Quelle est la différence entre l’art-thérapie et la magie créative ?

Il y a quelques temps j’ai fait un live sur Instagram à propos de mes « lectures magiques ». Et durant ce live, Émilie m’a posé une excellente question : « Quelle est la différence pour toi entre la magie créative et la créativité ? ». Ce qui m’a amené à une autre question que l’on me pose tout aussi souvent « qu’est ce que l’art-thérapie ? ». Dans cet article j’ai décidé de démêler le vrai du faux et d’éclaircir un peut tout ça.

Praticienne en art-thérapie, art-thérapeute, guide créatif… késako ?

Art-thérapie : Accompagnement psychothérapique par la création artistique.

Définition proposée par Le Robert.

En mai 2020 j’ai suivi une formation d’art-thérapie en ligne. Cette formation m’a certifiée comme « praticienne en art-thérapie ». C’est à dire que je peux pratiquer l’art-thérapie, mais que cela ne fait pas de moi une art-thérapeute ( belle nuance, non ?). Nulle part sur mes profils réseaux sociaux tu ne pourras donc lire « je suis art-thérapeute »… parce que, qu’on se le dise, je ne le suis pas. Si je n’utilise pas ce terme c’est justement parce que je sais que, qui dit art-thérapeute dit thérapie, et qui dit thérapie, dit maladie, soin et guérison. Je ne peux te promettre aucune guérison avec la formation que j’ai suivie. D’ailleurs, cela ne fait pas non plus partie de « mes promesses de vente ». Pourtant, je pratique bien l’art bien-être et j’ai décidé, d’un commun d’accord avec moi-même, d’appeler cela la magie créative… me qualifiant au passage de guide créatif. C’est à s’en mêler les pinceaux, non ?

Pour m’aider dans mes explications, j’ai décidé de poser quelques questions à une « vraie » art-thérapeute certifiée, Camille Empinat, que j’ai rencontré lors de ma formation certifiante en ligne et qui, passionnée par cette formation, a décidé de suivre un cursus plus long pour se faire certifier.

c'est quoi l'art-thérapie

Devenir art-thérapeute, l’avis de l’expert

« La première question à se poser avant de commencer des études, c’est de savoir quel “type” d’art-thérapie on souhaite pratiquer. Quel genre d’art-thérapeute on veut être ? Il est donc plus qu’utile de se renseigner sur les différents courants de pensée. Pour ma part, j’ai décidé de me former en premier lieu à l’art-thérapie moderne en ayant pour mentor Richard Forestier de l’AFRATAPEM.  On y apprend les différentes pathologies, ce qui se passe dans le cerveau, comment aider le patient à aller mieux au travers de l’art et puis surtout il y a un stage pratique. » explique Camille.

Elle poursuit : « Ici nous sommes dans une thérapie non verbale l’art devient un moyen d’expression privilégié. En France il existe maintenant un diplôme universitaire d’art-thérapie. Évidemment les formations courtes que vous pouvez suivre sur internet ne sont qu’une ” mise en bouche “. Elles permettent d’avoir un vague aperçu sur le métier d’art-thérapeute, mais ne reflètent que très peu le contenu d’une formation solide. Les pathologies, l’opération artistique, les objectifs thérapeutiques, les revues d’items, les évaluations, la déontologie… sont des points essentiels à traiter mais souvent inexistants dans les formations courtes et “low-cost”. »

Comme tu le sais, j’ai moi-même, Melody Miroir, suivi une de ces formations ‘low-cost’. Pour ma part elle m’a permis de consolider ma pratique créative déjà bien ancrée, de m’initier à quelques notions de thérapie et d’apprendre les éléments clés d’une séance d’art-thérapie (exercices proposés, type de matériel, déroulement d’une séance, etc). Mais comme le dit très bien Camille, cela ne reste qu’une excellente mise en bouche.

Quid de la créativité et de la magie créative alors ?

Mais revenons-en a la question d’Émilie. La créativité c’est notre capacité à créer, à imaginer, à inventer. Tout le monde peut être créatif. La créativité se transpose dans tous les domaines. On peut être créatif lorsque l’on cuisine un plat de pâte, comme lorsque l’on trouve une solution originale à un problème précis. Ce n’est nullement lié à une pratique manuelle ou à l’art plastique.

Quant à la magie créative, elle fait, comme son nom l’indique, appel à notre magie, à ce petit quelque chose d’inexplicable, d’occulte, d’ésotérique, de sorcier. Il y a d’ailleurs beaucoup de types de sorcières que l’on peut différencier et différents types de magie. Nos amis les anglais jouent très bien sur ces termes parlant alors (par exemple) de “kitchen witch” ou “d’art witch”… littéralement, on peut traduire cela par sorcière de cuisine ou sorcière d’art. Termes qui me parlent très peu.

Comme j’aime travailler avec des Entités plus grandes que moi lorsque je crée (les énergies de la lune, les cartes d’Oracle ou de tarot, les déesses…) le terme magie créative me paraissait tout à fait approprié pour le travail que je fais et que je propose. Pour moi donc, la magie créative permet d’explorer sa spiritualité par le biais de la créativité et de l’art plastique (art journal, collage, peinture…). Elle fait directement référence à l’ésotérisme, à la spiritualité et à la foi (appelez ça comme vous le voulez, disons… tous les systèmes de croyance) mais sans pour autant à avoir attrait à la religion.

c'est quoi la magie créative

Beau et esthétique, art-thérapie ou pas ?

Que l’on parle de créativité, d’art-thérapie, de magie créative ou d’un autre courant d’art bien-être, la recherche du beau et de l’esthétique reste a mon sens, une histoire d’affaire personnelle.

À cette question, Camille répond : « En art-thérapie moderne le beau dans la production n’est pas le but ultime. En revanche l’art-thérapeute doit pouvoir guider son patient en le faisant évoluer dans sa pratique artistique. On part du principe que l’art “soigne ” par empirisme. Ainsi le patient se verra accroître sa confiance en lui et en sa structure corporelle. L’art-thérapeute se base toujours sur ce qui fonctionne chez le patient et travaille en fonction de ses goûts. L’art-thérapie est préconisée pour des personnes ayant des difficultés à s’exprimer par les mots. Elle est utile pour restaurer l’estime de soi par les gratifications sensorielles, la confiance en soi et l’affirmation de soi. »

Mon avis sur la question

A mon sens dans art-thérapie il y a bien sûr la notion d’art. Connaître un minimum de techniques, de requis artistiques voir un peu d’Histoire de l’Art me semble une base utile à avoir lorsqu’on parle d’art bien-être. Mais, comme je l’ai dit, c’est finalement une histoire d’affaire personnelle. Chacun fait bien comme il le veut. Certains trouveront un certain apaisement dans cette quête du beau et de l’esthétisme, alors que d’autres chercheront simplement à sortir les émotions autrement que par la parole. Mais comme le dit si bien Camille, d’une certaine façon, le patient peut aussi chercher une gratification sensorielle pour se sentir mieux. C’est à dire qu’il aura besoin de ressentir par le toucher, la vue, l’odorat, le goût ou l’ouïe une sensation plaisante. En ce qui concerne la vue, cette recherche de sensation peut se traduire par l’expression du beau visuel et esthétique. Quand à l’ouïe, pour prendre un autre exemple, par l’écoute d’une musique harmonieuse. D’ailleurs un bon exercice d’art-thérapie pourrait simplement être d’aller voir une exposition d’un grand maître de l’Art et tenter d’expliquer ce que l’on ressent en voyant son œuvre. Le principe est toujours le même : exprimer et étudier nos émotions par le biais de l’art… quel qu’il soit !

Pour ma part, la recherche de l’harmonie et du beau sont des valeurs importantes dans ma vie. Ça, je ne peux pas pas le nier. J’aime voir des belles images, des belles photos, écouter de belles musiques. Du moins ce que JE juge beau, agréable, plaisant. Chez moi, tout cela me procure un sentiment de bien-être et d’apaisement et c’est exactement ce que je recherche quand je crée. C’est une des raisons pour laquelle j’aime tant les jeux de Tarots et d’Oracle : car je peux passer des heures à juste regarder les images, les couleurs et les textures… comme lors d’une exposition. J’y retire un certain plaisir. Cependant, la recherche du beau et de l’esthétisme ne fait pas uniquement partie de mon processus. J’ai parfois aussi, comme dans un exercice de fond d’art-thérapie, simplement besoin de coucher des émotions sur le papier, sans chercher l’esthétique mais juste pour me défouler. Même si visuellement, vous pourriez croire que j’ai cherché un résultat, tout ça n’est finalement qu’une histoire de goût et de couleur. D’ailleurs, je vous le demande, qu’est-ce qui est beau et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Je trouve mon amoureux particulièrement beau, alors qu’il n’est peut-être pas au goût de ma voisine ;-).

En conclusion

Pour conclure, je dirais que le métier d’art-thérapeute est encore un métier peu connu et le terme art-thérapie est souvent galvaudé. Cependant, beaucoup de gens le comprennent et ce terme reste un bon terme générique pour parler de la thérapie par l’art (ce serait comme parler d’un cahier à lignes bleues pour dire, un cahier à lignes bleues…). Mais il ne faut pas se méprendre, tant l’art joue un rôle important dans l’art-thérapie, tant celui du thérapeute est primordial. C’est bien pour cela que je ne m’appellerai jamais art-thérapeute car je n’ai pas la prétention de soigner des maladies graves telle qu’Alzeimer ou d’autres troubles post traumatiques. C’est un terme cependant que j’utilise parfois car il rassemble et met souvent tout le monde d’accord. Et parce que, oui, j’ai bel et bien suivi une formation certifiante dans ce domaine. Bien qu’elle ne soit pas reconnue et qu’elle ne remplace en rien des études de type longues, elle fait partie de mon bagage et ajoute un plus à toutes mes autres qualifications.

Quant à la magie créative ? Cela reste pour moi la meilleure traduction du terme art witch en anglais. Cela représente exactement ce que je pratique. Un art construit sur des croyances propres. Croyances que je partage et que je vous aide à mettre en lumière. Est-ce que cela fait de moi une sorcière ? Pas sûre… mais faut-il vraiment toujours mettre une étiquette sur ce que nous sommes ? Je vous laisse répondre à cette question…


Pour aller plus loin :

4 commentaires

  • Em.

    Coucou Melody,
    Contente que ma petite question t’ai donné envie d’approfondir ce post.
    Moi aussi je pratique la magie créative. D’ailleurs je t’ai chipé ce terme 😉 je le trouve inspirant et vraiment fort. Il définit parfaitement ce que je ressens quand je crée. Surtout depuis cette année.
    Le beau et l’harmonie ont également une importance chez moi. Mais tu viens de définir ce que je recherche dans la pratique l’artjournal particulièrement. Me sentir bien par les sens, par le beau, par l’expression de mon harmonie ou de mes émotions. Mais l’utilisation de mes sens mis au service de mon artjournal résonne en moi. Merci Melody, comme toujours 😘🔮❤️
    Em.

    • Melody

      Hello Émilie, je suis ravie d’avoir pu mettre des mots sur tout ça et merci encore pour ta question, qui était très pertinente.
      Le plaisir sensoriel est parfois négligé, alors qu’il fait partie aussi de notre bien être. Il ne faut pas toujours chercher trop loin.
      Partons pour la magie créative alors !! <3

  • Céline

    Coucou Melody,
    Merci pour cet article, j’ai adoré te lire! J’aime beaucoup la simplicité que je perçois et l’humilité, ça fait du bien!
    Lumineuse journée
    Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.